spectacle karate sport at school bousse
spectacle karate sport at school bousse

L’expérience Sport at school a fait vibrer les élèves de CE1 de Bousse. Grâce à ce programme, ils ont fait du sport et appris énormément. Les résultats des tests devraient être connus à la rentrée. Retour sur un dispositif étonnant, venu d’Italie.

Ils pratiquent depuis octobre à raison de deux séances par semaine. Eux, ce sont les cobayes de la classe de CE1 de Mme Wax, de Bousse. Guidés par Joy Klein, de la Fédération française de karaté, ils ont participé tout au long de l’année à un test baptisé Sport at school. « Ce sont les Italiens qui en ont eu l’idée pour lutter contre l’obésité infantile. En 2008, un enfant sur quatre, âgé entre 6 et 9 ans, était obèse. Depuis les statistiques augmentent car les activités sont plus sédentaires », précise Joy, qui a suivi une formation et a été mandatée pour lancer l’expérimentation dans le Grand est. Sport at school a été pensé sur le plan sportif mais pas seulement. « On s’appuie sur des études neurologiques. Les exercices doivent contribuer à améliorer les capacités motrices des enfants mais aussi leur concentration. » En France, quatre écoles ont été choisies pour être pilotes.

Vendredi, devant les parents et le corps enseignant, les enfants des Saules de Bousse ont présenté le contenu du programme. Les autres élèves de CE1 de la classe témoin, qui n’ont pas participé au dispositif mais qui ont été évalués, ont travaillé sur les valeurs comme le respect, l’amitié, le courage, la générosité et ont présenté des saynètes.

C’est bénéfique en classe

Tout au long de l’année au gré d’exercices basés sur l’équilibre, la motricité, la souplesse, la coordination, les cobayes de Sport at school ont prouvé que le sport avait des effets bénéfiques en classe. « Ils ont acquis des compétences, admet Mme Wax, l’enseignante. Ils sont plus concentrés, ils ont fait de gros progrès notamment en géométrie dans l’espace et en motricité fine et sont plus attentifs. » Joy Klein, comme les enseignants, a hâte d’avoir les résultats des données transmises à l’université en Espagne, en charge de l’étude diligentée par Erasmus + de l’Union européenne. Mais déjà, le maire de Bousse est convaincu, tout comme le comité de karaté de Moselle, qui va former d’autres intervenants. L’élu, Pierre Kowalczyk souhaite voir l’expérience se poursuivre dès la rentrée. « Je souhaite que le test perdure car ça a apporté des choses et les enfants sont plus sûrs d’eux. Ce programme met en avant des valeurs qui ont tendance à se perdre. »

Sabine FROHNHOFER, article du Républicain Lorrain du 17 juin 2018

A lire également

3 médaillés à la Coupe de France Jeunes Wushu
Voir plus
Joy Klein la conquérante
Voir plus
Le nouvel an chinois a fait un carton !
Voir plus
Assemblée Générale Ordinaire 2018
Voir plus

0 commentaires

Laisser un commentaire

MENU